640px-Textile_cone

J’ai toujours vu les projets avec cette illusion que l’important est dans le résultat. Je pense avoir compris aujourd’hui pourquoi mes projets sont des échecs. L’important n’est pas le résultat. L’important n’est pas la description cosmétique d’une chose à réaliser ou obtenir.

L’important est dans l’âme des choses. Un peu comme dans le cycle en V (ingénierie), quand on insiste sur la modélisation adéquate du besoin. Le besoin ne dit pas comment on va réaliser les choses, avec quel langage ou quelle base de données. Le besoin ne dit pas si on va utiliser un drop down menu ou des onglets. Le besoin est une vague description de l’âme d’un projet.

La véritable âme, le moteur qui à la source de tout projet qui réussi, est encore beaucoup plus abstraite que ça. C’est en quelque sorte l’abstraction ultime. Il n’y pas de mot, alors j’appelle ça l’âme. Un projet sans âme, est un projet qui va échouer.
Un projet avec une âme, ne peut pas échouer, car l’âme qui le sous tend a une existence, une vie, et toutes les interactions qui vont avec.

Un projet avec une âme ne peut pas plus échouer que ne peut être considéré comme un échec le fait de venir au monde. Quand on fait un enfant, un enfant qu’on a désiré, il est rare qu’on parte du principe que s’il ne devient pas pianiste, alors on aura fait une grave erreur, et que l’enfant sera alors un échec.

Une âme de projet, c’est une création LA création. Peu importe que cela devienne une peinture, un logiciel, un jeu vidéo, une association, une entreprise, ou juste un croquis visuel dans la tête d’une personne qui prend le bus.

Toucher l’âme du doigt, c’est déjà avoir réussi.

Stauk

Image : Richard Ling – Cod Hole, Great Barrier Reef, Australia, CC BY-SA 3.0