Tag: psychologie

La dixième porte

Il y a 9 portes entrouvertes dans le corridor. La dernière est manifestement fermée à clé.
Pourtant, elle n’a même pas cherché à pousser les autres pour vérifier. Elle est résolument campée devant la dixième, persuadée que c’est derrière celle-là que se trouve la Réponse.
Elle tout essayé : chanter, pleurer, trépigner, lancer des sortilèges. Rien n’y a fait.
C’est un peu comme si, au fond, ça lui faisait plaisir de rester plantée là, juste à côté de 9 portes ouvertes.

Féminisme : qu’est ce qu’on fait maintenant ?

Jeunes en kilt

Pour régler les problèmes, il existe une solution très simple. Trouver l’ennemi, l’éliminer. Même si on peut nuancer la technique, elle a encore un grand succès. Mais dès qu’on s’intéresse à la systémique, on voit que tout ne peut pas être si simple.

Écologie de la créativité : hypothèses

LA THERMODYNAMIQUE APPLIQUÉE A L’ÊTRE HUMAIN
india-299_640L’organisme humain, en tant que système thermodynamique ouvert en état d’homéostasie, reçoit des fluctuations en provenance de son environnement par trois voies :

  • la voie organique via la peau, le système urinaire, les poumons et le système digestif (ondes, soleil, eau, air et aliments)
  • la voie émotionnelle via les cinq sens et l’empathie (sensations, sentiments)
  • la voie psychique via les transmissions symboliques (mèmes, concepts,…)

Petite règle du jeu de la manipulation

wizard by tess_27Ce manuel est à l’usage des personnes un peu trop naïves qui se demandent souvent pourquoi elles sont systématiquement le dindon de la farce dans le grand jeu de la vie. Nous les appellerons victimes. Il peut également s’adresser aux personnes conscientes de leurs pulsions manipulatrices et qui, avec un peu d’humour, souhaitent mieux comprendre le jeu auquel elles s’adonnent.

Le chemin du cœur
Point trois : le miroir brisé

MamanPour moi, être n’est pas un jeu. C’est un combat de chaque instant, c’est très sérieux. J’ai souvenir de ma mère portant des lunettes noires quasiment en permanence : je ne pouvais pas me voir dans ses yeux. Dans mes dessins d’enfant, elle est omniprésente, comme une princesse que je dessinerais des centaines de fois parce qu’il vaut mieux imaginer que de sentir le manque. Elle prend toute la place sur la feuille, immense. Mon jouet préféré était alors un Arlequin, petit bonhomme déstructuré, habillé des morceaux des autres.

Le chemin du cœur
Point deux : le moi-passoire

dessin1Mon corps s’est fermé, comme une forteresse. Emprisonnée à l’intérieur, intouchable pendant des années, une petite fille qui attend qu’on vienne la chercher. J’ai traversé la vie comme une sorte de bulldozer, sans rien sentir ou presque. D’excellents résultats à l’école, bien sage à la maison, des amis, et puis des petits amis ; j’ai fini par croire et faire croire que j’allais très bien. Adaptation sociale absolument parfaite ! Pourtant, à chaque départ, à chaque au-revoir, à chaque rupture amoureuse, quelque chose en moi se brisait. Mais je repartais, je retrouvais quelqu’un, vite, pour ne pas m’effondrer. Ce n’est que bien plus tard, avec le travail thérapeutique, que j’ai démêlé peu à peu l’écheveau pour recontacter l’essentiel.