Tag: hypersensibilité

Le sillage

Jeudi soir, c’était le jour de la réunion d’information des classes internationales pour les parents au futur collège de mon fils. Il est situé à gauche du transept…

Écologie de la créativité : hypothèses

LA THERMODYNAMIQUE APPLIQUÉE A L’ÊTRE HUMAIN
india-299_640L’organisme humain, en tant que système thermodynamique ouvert en état d’homéostasie, reçoit des fluctuations en provenance de son environnement par trois voies :

  • la voie organique via la peau, le système urinaire, les poumons et le système digestif (ondes, soleil, eau, air et aliments)
  • la voie émotionnelle via les cinq sens et l’empathie (sensations, sentiments)
  • la voie psychique via les transmissions symboliques (mèmes, concepts,…)

VOYAGE DANS UN PAYSAGE MENTAL 6. Hypersensibilité sensorielle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« -Moi j’ai une arme pour jouer à cache-cache !

– Ah ! oui ? et c’est quoi ?

– L’ouïe ! j’entends fort tu sais, même si je cache mes yeux pour compter, mon ouïe elle me dit où il est allé, il ne me reste plus qu’à trouver dans cet endroit les bonnes cachettes. D’ailleurs, je sais toujours quand ça va sonner. Les transports scolaires ont beau être loin de ma classe, je les entends démarrer et ça veut dire que c’est presque l’heure. »

VOYAGE DANS UN PAYSAGE MENTAL 5. Veut tout comprendre

11866618-fond-d-39-etoile-de-noel« -Maman, le maître, en cours de sciences, il a dit : qui sait ce que veut dire hayaouanatoun baïdan et je l’ai su d’un coup je sais pas comment ! Il avait à peine fini que j’avais levé le doigt ! »

– Ah, bon ? Et c’est quoi?

– Ben tu sais, les animaux qui font des oeufs,

-Ah ! les ovipares,

– Voiiiiiiiiiiiiiilà !  »

Je me disais que j’allais me servir de l’exemple des cours à l’école pour parler de cette façon de savoir « d’un coup », de ses capacités d’apprentissage et de mémorisation assez étonnantes, puis je me suis dit que s’il était assez excité par les ovipares en arabe pour nous en parler, alors qu’habituellement il ne nous raconte RIEN de sa vie à l’école, c’était parce qu’il s’agissait du cours de sciences naturelles.

Le chemin du cœur
Point deux : le moi-passoire

dessin1Mon corps s’est fermé, comme une forteresse. Emprisonnée à l’intérieur, intouchable pendant des années, une petite fille qui attend qu’on vienne la chercher. J’ai traversé la vie comme une sorte de bulldozer, sans rien sentir ou presque. D’excellents résultats à l’école, bien sage à la maison, des amis, et puis des petits amis ; j’ai fini par croire et faire croire que j’allais très bien. Adaptation sociale absolument parfaite ! Pourtant, à chaque départ, à chaque au-revoir, à chaque rupture amoureuse, quelque chose en moi se brisait. Mais je repartais, je retrouvais quelqu’un, vite, pour ne pas m’effondrer. Ce n’est que bien plus tard, avec le travail thérapeutique, que j’ai démêlé peu à peu l’écheveau pour recontacter l’essentiel.