Tag: enfant précoce

Le sillage

Jeudi soir, c’était le jour de la réunion d’information des classes internationales pour les parents au futur collège de mon fils. Il est situé à gauche du transept…

VOYAGE DANS UN PAYSAGE MENTAL 1. Précocité

PRÉCOCITÉ ?????

nour bébé - CopieLes premiers progrès

Dès le début, certains signes, si nous avions été correctement informés, auraient du nous alerter. Mais nous n’en connaissions pas même le concept, et d’ailleurs qu’est-ce que ça nous aurait apporté ? A part de cesser de s’étonner ?

On sentait bien qu’il y avait un truc qui clochait, comme si on évoluait dans un univers parallèle, mais on s’était si bien mis dans un style de vie « à part », bien avant la naissance de notre fils, qu’on ne se croyait pas autorisés à tracer les contours de ce qui est « normal ». Et puis quand on devient parent, il faut sans cesse faire des choix que l’univers entier vous brandit à la face et ça détourne l’attention.

VOYAGE DANS UN PAYSAGE MENTAL- Introduction

fenêtre sdb

PENSER AUTREMENT : L’INATTENDU ET LE CAPTIVANT

 

Nous l’avons nommé « lumière » parce que nous l’avons conçu dans un pays de clarté indicible et parce que je vis une histoire intense et éternelle avec ces particules que je ressens comme une véritable entité.
En français, ce serait Luc, mais nous l’avons décliné en arabe pour l’aider à s’intégrer dans ce pays si totalement différent du sien et où il devra grandir.
C’est ainsi que Nour naît à Tiznit, au Maroc, mi-juin, d’un couple de parents français d’origine italienne absolument émerveillés.

Le chemin du cœur
Point trois : le miroir brisé

MamanPour moi, être n’est pas un jeu. C’est un combat de chaque instant, c’est très sérieux. J’ai souvenir de ma mère portant des lunettes noires quasiment en permanence : je ne pouvais pas me voir dans ses yeux. Dans mes dessins d’enfant, elle est omniprésente, comme une princesse que je dessinerais des centaines de fois parce qu’il vaut mieux imaginer que de sentir le manque. Elle prend toute la place sur la feuille, immense. Mon jouet préféré était alors un Arlequin, petit bonhomme déstructuré, habillé des morceaux des autres.

Le chemin du cœur
Point un : la fermeture du corps

bellmerÇa n’était pas facile pour papa et maman quand je suis arrivée ! Une seule pièce pour nous trois, les études à terminer, il n’y a pas vraiment de place pour moi, je dors sur leur lit. Vite, il faut tout faire vite : manger, aller à la crèche. Les actes sont minutés, complètement dé-corrélés de mes besoins. De toutes façons, on mange à heures fixes quand on est un bébé, c’est la mode, c’est comme ça qu’il faut faire. J’ai été sevrée à 4 mois et puis j’ai eu ma chambre. Au début j’ai hurlé tous les soirs pendant une heure, toute seule dans le noir. Ma souffrance est le monde, le monde est ma souffrance. Rien ni personne ne vient contredire cette certitude. Parfois, je crois frôler la mort, étouffée par ma propre rage de vivre. Papa interdit à maman de venir me voir : « il ne faut pas câliner les enfants, elle finira bien par se calmer ».