Émouvoir

Le chemin du cœur point trois : le miroir brisé

Extrait de mon journal Tout à l’heure j’étais ce bébé qui hurle « maman, touche-moi, regarde-moi, je veux vivre, je veux exister, je veux grandir ». Je n’ai pas eu le droit de fantasmer comme les autres enfants : j’étais…

Lire la suite

Le chemin du cœur Point neuf : les elles du désir

Extraits de mon journal Ce qui reste quasi omniprésent c’est l’angoisse. Ou du moins, c’est comme cela que je qualifie cette sensation de serrement de l’estomac. C’est diffus mais presque toujours là, sournois. Vivre consisterait pour moi à créer cette…

Lire la suite

Le chemin du cœur Point quatre : le patriarche

Extrait de mon journal Dans la relation, c’est comme si je ne pouvais être que soit une petite fille terrorisée (dont la principale arme est de couper la communication pour se protéger), soit un tyran destructeur (dont la principale arme…

Lire la suite

Voyage dans un paysage mental 2 : Introspection angoissée

LA MORT La petite section à deux ans donc, et quelques mois plus tard, en même temps qu’il acquiert du vocabulaire dans cette troisième langue qu’est l’arabe, il démarrera une longue crise métaphysique : Dieu existe-t-il ? Comment est-il ?…

Lire la suite

Le chemin du cœur point deux : le moi-passoire

Extraits de mon journal J’ai beau lire, relire, analyser, détailler, comprendre rationnellement… le petit morceau de peau morte ne grandit pas. L’alien qui voulait sortir a prit peur, il se recroqueville depuis que je lui ai dit « vas-y, qu’as-tu…

Lire la suite

L’air de rien

Ça faisait tellement longtemps que je n’avais plus écrit. Je me disais que c’était normal, que j’avais passé la phase de ma vie consacrée à l’introspection, que désormais je vivais ma vie plutôt que de l’écrire. Je m’aperçois qu’il n’en…

Lire la suite

Clair-obscur

Ce matin, un rêve sensitif – comme je les appelle – m’a tiré du sommeil d’un coup. Mon père et moi étions dans une immense forêt, nous marchions, il allait de son côté et moi du mien. Une longue rivière…

Lire la suite

Je ne sais pas : éspoir ou désespérance ?

Le hasard du calendrier… J’étais à Paris ce jour-là… Je ne me souviens pas de comment j’ai appris la nouvelle. Mon cerveau n’a pas enregistré cette information. C’est déjà très significatif sur la façon dont j’ai vécu ce moment :…

Lire la suite

La suffocation

J’étais en pleine kissariat des bijoutiers au centre de Tiznit, en train de papoter en berbère avec un bijoutier, de travailler donc, quand mon mari m’appelle. Je sors de la minuscule échoppe pour avoir du réseau et je l’entends dire,…

Lire la suite

Désintégration de l’angoisse

Extrait de mon journal Je ne sais pas ce que j’ai déclenché mais c’est particulièrement désagréable. Maintenant c’est une sorte de colère qui gronde en moi. Cette impression d’être une petite fille gâtée qui s’invente des malheurs pour ne pas…

Lire la suite